JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE DJIBOUTI

 

 

Arrêté n°2002-0450/PR/MID prescrivant à l’occasion du 25ème Anniversaire de l’Indépendance – le Ravalement des façades de la Ville de Djibouti.

 

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, CHEF DU GOUVERNEMENT

 

VU La constitution du 15 septembre 1992 ;

VU L’ordonnance LR-008 du 30 juin 1977 ;

VU Le décret n°2001-0053/PRE du 04 Mars 2001 portant nomination du Premier Ministre ;

VU Le décret n°2001-0137/PRE du 04 juillet portant nomination des membres du Gouvernement ;

 

ARRETE

 

Article 1 : DEFINITIONS

Pour l’application du présent arrêté, les termes employés s’entendent comme suit :

 

- La Ville de Djibouti comprend la zone suburbaine, mais non l’enceinte Portuaire qui fera l’objet de mesures particulières de nettoiement à la diligence de la Direction du Port.

- Les immeubles concernés comprennent tous les édifices quels que soient leur destination, leur propriétaire, leur état et la nature de leurs matériaux (à la seule exception des toukouls, cabanes ou abris provisoires, dans la mesure où ils sont admis ou tolérés) y compris les clôtures et les équipements urbains fixés ayant ou non le caractère de dépendance de la voie publique (poteaux, grilles, mur de soutènement…).

- Les façades s’entendent non seulement de toutes les parties apparentes de la voie publique, mais également des façades sur cours et  jardins.

- Le terme de ravalement s’applique à tous les procédés de nettoiement par grattage, jet de sable et d’eau. Il implique éventuellement recrépissage des enduits et le traitement particulier de soubassement.

- Le badigeonnage s’entend de l’application d’un lait de chaux.

 

Article 2 :

- Les façades de tous les immeubles de la Ville de Djibouti devront, à la diligence de leurs propriétaires ou de leurs représentants qualifiés, être ravalées, recrépies, badigeonnées ou repeintes avant le 25 Juin 2002.

- Sont dispensés de cette obligation les immeubles de bonne apparence, dont les propriétaires sont en mesure de justifier que les travaux prescrits ont déjà été effectués :

 

* Depuis moins de trois ans pour les immeubles en dur ;

* Depuis moins d’un an pour les immeubles en matériaux

   provisoires.

 

Article 3 : Les travaux prescrits par le présent arrêté sont dispensés de permis de construire. Ils sont cependant soumis à l’obligation de respecter les règles de l’art, et pour les peintures, enduits ou badigeons, l’usage de la couleur blanche ou de teintes claires est obligatoire, sauf autorisation écrite de Commissaire de la République, Chef du District de Djibouti.

 

Article 4 : Les contrevenants aux prescriptions du présent arrêté sont passibles de peines d’amendes prévues par la délibération n° 7/91 du 8 Juin 1977, relative à la propriété et à l’embellissement de la Ville de Djibouti.

 

Article 5 : Le Ministre de l’Intérieur, le Commissaire de la République, Chef du District ainsi que les Chefs d’Arrondissement, territorialement compétents sont chargés chacun en ce qui le concerne d’exécuter les prescriptions du présent arrêté et de faire constater les contraventions.

 

Article 6 : Le présent arrêté sera enregistré, publié selon la procédure d’urgence et exécuté partout où besoin sera.

 

Fait à Djibouti, le 13 juin 2002.

Par le Président de la République,

chef du Gouvernement

Signé P.O. Le Ministre des Affaires Présidentielles,

chargé de la Promotion des Investissements

Pour Ampliation Conforme

Le Secrétaire Général du Gouvernement

MOHAMED HASSAN ABDILLAHI

 

 

Page d'accueil - Sommaire du JO