Remonter

 

ALLOCUTION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

S.E. Mr ISMAEL OMAR GUELLEH, A L'OCCASION 

DU 10 EME ANNIVERSAIRE DE LA CONSTITUTION

 

 

DJIBOUTI, Le 04/09/2002

 

«Le 4 septembre 1992, le peuple djiboutien, conscient de ses responsabilités et de ses devoirs devant les générations futures, fort de ses acquis démocratiques depuis son indépendance et animé de la volonté de continuer à édifier un État garantissant encore plus l'exercice des droits collectifs et indi­viduels a adopté sa loi fondamentale.

 

Notre Constitution édifie et formalise définitivement comme valeurs fondamentales d’une société djiboutienne plurielle, de progrès et débarrassée de tout préjugé, la liberté, la dignité, la sûreté, le bien-être, le développement, l'égalité, la justice.

 

Par sa Constitution, le peuple djiboutien souscrit à la Déclaration universelle des Droits de l’Homme de 1948, réaffirme solennellement son engagement vis-à-vis de la Charte africaine des Droits de l’Homme et des Peuples de 1981.

 

A travers elle, le peuple djiboutien réaffirme son attachement à la lutte contre toute forme de domination ainsi qu'au caractère démocratique du pouvoir.

Il exprime son désir de promouvoir la paix, la coopération internationale, le règlement pacifique des dif­férends entre les États, dans la justice, l'égalité, la liberté et la souveraineté des peuples.

 

Mes chers compatriotes,

C'est avec beaucoup de joie que je partage avec vous, la fierté de célébrer les dix ans d'existence de notre Constitution.

A travers cette cérémonie, nous ne célébrons pas tant l'achèvement d'une décennie où notre Constitution a prouvé sa solidité que le renouveau de notre espoir et notre fidélité en elle. Pas en tant qu'une fin mais en tant que nouveau départ.

 

L'adoption de notre Constitution, le 4 septembre 1992, par voie de référendum, a représenté l’aboutissement d'un cheminement politique et intellectuel des Djiboutiens.

Et c'est grâce à la force du peuple djiboutien et parce que les Djiboutiens voulaient une Constitution qui reflète et protège nos valeurs fondamentales et notre identité qu'ils ont fait preuve de l'audace nécessaire.

 

La marque la plus sûre du succès de notre Constitution n'est pas tant son adoption, mais son inscrip­tion dans la durée et la vigueur avec laquelle les Djiboutiens en ont fait usage pendant ces dix ans pour repousser les frontières de l’égalité, de la fraternité, de la paix et pour contester définitivement des préjugés et des pratiques séculaires.

 

Mes chers compatriotes,

Conformément à cet acte fondateur de nos Institutions Républicaines, notre peuple va, à partir d'aujourd'hui, s'engager dans le processus du multipartisme intégral.

J'invite donc, tous mes concitoyens, qui exprimeront librement leurs opinions politiques pour un projet de société défendu par les partis politiques qui leur semblent les mieux capables de les représenter, de ne pas perdre de vue les valeurs fondatrices de notre Constitution, la tolérance, le respect de l'autre et la sauvegarde de la Constitution.

Je leur demande d'éviter toutes les actions qui peuvent nous en éloigner et instaurer la dislocation de notre communauté nationale par le tribalisme, le régionalisme, la démagogie, le non-respect de la règle constitutionnelle ou la violence.

 

Avant de conclure, je tiens à rendre hommage à l'ensemble des Djiboutiens qui se sont mobilisés, en ce jour anniversaire des dix ans de notre Constitution.

Je tiens à féliciter en particulier les jeunes qui par leur ardeur démontrent la solidité de notre Constitution. Je félicite également l'ensemble des organisateurs des différentes cérémonies qui se déroulent en ce jour du 4 Septembre 2002.»