Remonter

 

ALLOCUTION DU PRESIDENT DE LA RÉPUBLIQUE LORS DE LA

MISE EN SERVICE DU RÉSEAU DU TELEPHONE MOBILE DE TYPE GSM

 

 

Djibouti, le 24 novembre 2001

 

 

Louange à Dieu, 

Que la prière et la bénédiction soient sur son Prophète, sa famille et ses compagnons.

 

-    Monsieur Le Premier Ministre

-    Monsieur le Président de l'Assemblée Nationale,

-    Madame et Messieurs les Ministres

-    Distingués invités,

-    Mesdames et Messieurs,

 

 

Je joins ma voix à celles du Ministre de la communication et du Directeur Général de Djibouti Télécoms pour exprimer ma satisfaction à voir la mise en service du réseau de téléphone mobile de type GSM, d'un nouveau central de communication numérique d'une capacité de 30 000 lignes et la construction du siège de l'entreprise Djibouti Télécoms.

 

Le niveau des engagements financiers qui nous a été indiqué par Monsieur MOHAMED KAMIL, Directeur général de Djibouti Télécoms,  témoigne  s'il en est encore nécessaire, de l'importance que notre pays accorde au développement du secteur des télécommunications.

 

 

J'ai toutes les raisons de croire ma satisfaction justifiée car, comme vous le savez tous, la République de Djibouti demeure un des précurseurs du continent africain en matière de l'industrie des télécommunications.


En effet, au regard de la situation qui vient d'être rappelée, et justement qualifiée de programme  d'investissement structurant, celle-ci revêt trois caractères essentiels :

 

- Politiquement, ce programme d'investissement est le fruit d'une maturation conduite depuis bientôt six ans qui a impliqué aussi bien l'ensemble des acteurs de l'entreprise aujourd'hui dénommée Djibouti Télécoms mais également au delà de tout l'État Djiboutien.

Historiquement, ce  programme apparaît comme la mue indispensable de l'organisation des télécommunications djiboutiennes en ce nouveau siècle qui sera certainement celui de la communication et l'ancrage définitif de notre pays dans la société mondialisée de l'information.

 

Économiquement, ce programme constitue à la fois le moteur principal de la conquête ou de la reconquête des marchés des télécommunications nationales et continentales et l'outil d'adaptation de notre système de communication aux enjeux mondiaux.

 

Néanmoins, Mesdames et Messieurs, d'énormes défis nous attendent.  

En effet, s'agissant des secteurs concurrentiels, la nécessaire adaptation des entreprises publiques requiert 1'organisation et parfois une réorganisation de l'activité des entreprises publiques, afin d'offrir un service de qualité aux clients ou usagers dans les meilleurs conditions de coûts.

 

Dans les faits, l'État, en raison de la multiplicité de ses objectifs à la fois politiques, économiques et sociaux, de la diversité de ses fonctions en tant qu'actionnaire, régulateur, voir clients a éprouvé parfois des difficultés à tenir une ligne cohérente à l'égard des entreprises publiques.


Aussi, est-il paru impératif pour l'État, afin d'améliorer considérablement son rôle d'actionnaire majoritaire, tendant à la meilleure valorisation de son patrimoine et à une gestion et un contrôle efficace des entreprises publiques, d'engager la réforme institutionnelle des postes et télécommunications en procédant à la fusion de l'ancien office des Postes et Télécommunications et de la STID pour créer Djibouti Télécoms et la Poste de Djibouti.

 

Cette  réforme doit servir de modèle pour le reste des reformes institutionnelles.

 


Je vous remercie