Remonter

 

ALLOCUTION DU PRESIDENT AU COURS

DE LA CELEBRATION DE LA JOURNEE

INTERNATIONALE DE LA FEMME

  

Le 11 Mars 2002

 

 

Louange à DIEU

Que la Prière et la Bénédiction soient sur le Prophète,

Sa famille et Ses compagnons.

 

Madame la Ministre,

Mesdames et Messieurs

Mes Chers compatriotes,

 

C’est avec fierté que je prends part, cette année encore à la célébration de la fête de la femme.

 

Certes, pour une raison que vous connaissez tous, notre célébration annuelle se déroule avec quelques jours de retard.

 

Madame la Ministre a bien voulu nous exposé l’ensemble des actions menées sous son impulsion par le Gouvernement en faveur de la femme Djiboutienne.

 

Mes Chers compatriotes, tout au long de notre tournée qui nous a menée dans tout le pays, j’ai eu l’honneur de constater dans l’ensemble des activités humaines, la part prépondérante dévolue à la Femme Djiboutienne et l’immensité de sa participation dans la vie et le développement de notre Communauté.

 

Beaucoup de choses a été fait mais la tâche à accomplir pour la reconnaissance totale du rôle et du statut, au sein de notre société par les femmes Djiboutiennes nous reste à accomplir.

 

Et si le thème de cette année qui se rapporte justement à l’alphabétisation de la femme Djiboutienne, cette honorable mission que se donne le Gouvernement et les groupements citoyens de femmes et d’hommes bénévoles révèle l’attachement de notre Communauté pour accroître la participation de nos concitoyennes, leur libération du joute de l’ignorance afin d’assurer leurs droits inaliénables.

 

Mesdames, mes chères compatriotes,

 

Eu égard au respect que vous doit toute la société Djiboutienne et compte tenue de votre engagement quotidien dans notre lutte pour la paix, le développement et la justice sociale, je vous exhorte de ne pas cacher vos talents, de ne pas priver notre Communauté tout l’investissement et l’espoir qu’elle met en vous.

 

En effet, en partageant notre idéal, pour une société fondée sur les valeurs humaines, je vous prie de pas vous cacher dans vos foyers , de ne pas camoufler la valeur qui est en vous et de bien vouloir faire profiter à l’ensemble de nos compatriotes vos capacités.

 

Encore une fois, permettez-moi mes chères soeurs de vous souhaiter une bonne et heureuse fête.