Remonter

 

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE 

A L'OCCASION DE LA FETE DE L'AID EL FITR

 

le 25 NOVEMbre 2003

 

 

Au nom de Dieu le Bienfaiteur le Miséricordieux, que la paix 

et la bénédiction de Dieu soient sur son prophète.

 

Chers Frères et Sœurs

 

Assalamou Alaikoum

 

Il m'est agréable de vous remercier d'avoir bien répondu à mon invitation pour fêter ensemble, à l'instar de tous les musulmans, à travers le monde le premier jour de l'Aid El Fitr béni après que Dieu nous ait comblés de sa grâce et de sa providence pour s'acquitter du jeûne durant ce mois sacré et aussi d'avoir célébré les offices de la prière de Tarawih. Puisse Allah le Tout Puissant exaucer nos prières et accepter nos bonnes oeuvres.

 

A cette heureuse occasion, je vous présente, chers frères et sœurs, à vous chers citoyens et à tous les musulmans, mes meilleurs voeux, en implorant le Miséricordieux de nous permettre de revivre cet heureux événement, dans la joie et l'allégresse.

 

Chers Frères et Sœurs

 

La République de Djibouti, a déclaré, à maintes reprises et dans les différentes circonstances, son rejet catégorique du terrorisme et sa condamnation des actes terroristes, sous toutes ses formes, et ses origines, que se soit le terrorisme d'état ou celui des groupes extrémistes qui tentent de semer l'anarchie et la destruction sur terre.

 

A cet effet nous condamnons fermement les événements sanglants et les explosions de nature criminelle qui ont secoué dernièrement le Royaume d'Arabie Saoudite pendant le mois sacré du Ramadan.

 

Ces actes iniques et odieux avaient pour but de porter atteinte au climat de paix et de stabilité dont jouit le Royaume et de répandre des sentiments de peur et de panique chez les hôtes de Dieu qui se ruent vers la Mecque.

 

Ces attaques criminelles ont causé la perte de vies humaines parmi lesquelles des femmes et des enfants.

 

Le gouvernement Djiboutien a condamné énergiquement ces attaques perpétrées contre le royaume et les lieux saints de l'Islam.

 

En exprimant sa forte indignation à ces actes horribles, le gouvernement de Djibouti apporte sa sympathie et son soutien au peuple Saoudien frère et à son gouvernement.

 

Le gouvernement du serviteur des deux lieux saints est, sans aucun doute, capable de faire face au terrorisme et de s'opposer à toutes les tentatives visant à porter atteinte à la paix et à la stabilité dans ce pays frère.

 

Chers Frères et Sœurs

 

La situation qui prévaut actuellement en Iraq incite à la préoccupation et à la tristesse, car la solution adéquate pour sortir du statu quo est de permettre aux irakiens eux-mêmes de se gérer et de recouvrir leur souveraineté avec le retrait des forces d'occupation du territoire irakien.

 

Par ailleurs, le peuple Palestinien fait face aux atrocités commises par les forces d'occupations Israéliens, chaque jour des palestiniens sont tuées ou persécutés, des maisons sont détruites, des terres agricoles ont été ravagées.

 

Par ailleurs le mur qui est en cours de construction en Cisjordanie est contraire aux droits internationaux et constitue une atteinte à la morale et aux droits des peuples. Cela ne fait que démasquer les actes extrémistes que mène le gouvernement de Sharon contre le peuple palestine.

 

Le gouvernement Djiboutien qui condamne fermement l'attitude du gouvernement israélien à l'égard du peuple palestinien lance un appel à la communauté internationale d'endosser ses responsabilités et de faire pression sur le gouvernement de Sharon pour se retirer des territoires occupés et pour l'amener à renoncer à cette politique de terre brûlée, poursuivie par Israël en Palestine occupée.

 

Chers Frères et Sœurs,

 

S'agissant de la situation qui prévaut dans notre région, la corne de l'Afrique, qui n'a jouit de stabilité depuis trois décennies, les conditions actuelles sont inquiétantes.

 

La crise somalienne n'a pas évolué en dépit de maintes initiatives et conférences pour mettre fin à la tragédie du Peuple Somalien.

  

Dans le dernier sommet de l'IGAD qui s'est tenu en Ouganda, à la suite de l'échec des pourparlers de Nairobi concernant la réconciliation somalienne, il a été convenu de poursuivre les efforts de réconciliation avec la participation de tous les pays de l’IGAD, de l'union africaine et des instances internationales en tant que facilitateurs.

 

A cet effet, nous demandons aux différentes parties somaliennes et aux représentants de la société civile de saisir cette occasion qui sera peut-être la dernière, pour prendre part à la conférence de réconciliation somalienne qui aura lieu prochainement à Nairobi afin de trouver une issue à la crise somalienne et de rétablir la paix et la stabilité dans ce pays.

 

Chers Frères et Sœurs

 

Permettez-moi de saluer, du haut de cette tribune, le progrès réalisé et les grands pas parcourus dans les négociations de paix au Soudan, entre le gouvernement et l'opposition armée du sud qui se déroulent au Kenya.

 

Les deux parties sont presque tombées d'accord sur les points litigieux les plus importants. Il n'en reste que peu pour conclure l'accord final de paix au Soudan. Nous souhaitons plein succès aux négociations en cours afin que ce pays frère puisse connaître la paix tant attendue.

 

Ainsi une page sera tournée d'une période pleine de souffrance et d'échec dans l'histoire contemporaine du Soudan. Le retour à la paix de la République de Soudan contribuera d'une manière efficace à prévenir les conflits qui peuvent surgir entre les peuples et les États de la région.

 

Chers Frères et Sœurs

 

Nous définissons ainsi la position de la République de Djibouti, qui illustre sa vision vis à vis des événements qui secouent notre région. C'est une position qui montre notre souci permanent d’œuvrer pour la paix et la stabilité qui sont des préludes pour assurer le développement, le progrès et la prospérité pour les peuples et les pays de la région.

 

Chers Frères et Sœurs

 

Permettez-moi enfin de vous renouveler mes vœux de bonheur et de bonne santé à vous tous, à l'occasion de la fête de Eid AI Fitr.

 

 

Je vous remercie