Remonter

 

Cérémonie de la Remise du Diplôme

de Docteur Honoris Causa àS.E.M. ISMAIL OMAR GUELLEH,

Président de la République de Djibouti

 

 Tokyo, le 29 septembre 2003

 

L'honneur qui m'échoit, aujourd'hui, de recevoir le "Doctorat Honoris Causa" de votre prestigieuse université d'agriculture de Tokyo est un symbole de l'Amitié qui lie non seulement ma personne avec votre pays mais aussi l'ensemble de la nation djiboutienne.

 

Votre honorable université, depuis voilà plus de 100 ans, participe avec force au développement agricole du Japon et je partage avec vous cette fierté d'avoir pu atteindre un niveau exemplaire.

 

Monsieur le Président, mesdames et messieurs,

 

Je voudrais exprimer nos remerciements pour votre engagement à nos côtés dans la campagne visant à lutter contre la désertification.

 

Votre présence à Djibouti est un encouragement vers cette "marche de l'espoir" que nous menons pour atteindre une sécurité alimentaire minimale. Là est le défi non seulement pour notre pays mais également celui des pays de la région. En effet, le symposium que vous avez organisé à Djibouti pour l'ensemble des pays de l'IGAD participe à cet effort qui engage notamment les pays membres à plus de coopération.

 

Nous encourageons ce genre d'initiative et espérons pouvoir créer ainsi une synergie entre votre université, nos institut et universités.

 

Cet ensemble auquel nous appartenons qu'est l'IGAD regroupe comme vous le savez, l'Ethiopie, l'Erythrée, le Kenya, l'Ouganda, le Soudan et la Somalie. Sa superficie égale presque celle de l'Inde mais avec seulement 150 millions d'habitants qui confrontent malheureusement plusieurs difficultés liés à la pauvreté et à la famine qui sape tout développement durable.

 

Nous sommes convaincus qu'avec votre appui technique et scientifique, nous pourrions être en mesure d'exploiter les ressources agricoles et partant créer les conditions adéquates pour un décollage économique de notre région.

 

En effet, nous avons noté avec beaucoup de joie et de satisfaction que grâce au dévouement des chercheurs japonais nous sommes arrivés à créer une nouvelle espèce de riz qui correspond aux conditions du sol et du climat africain : le riz Nerica.

 

Tout cela, nous réconforte et nous permet d'avoir un espoir pour le combat contre la faim.

Restant sur cette note d'espoir, je voudrais rappeler, aujourd'hui, une réflexion des deux professeurs Takahashi en mission à Djibouti qui ont confirmé que le développement durable à Djibouti est possible car l'eau et l'énergie existent.

 

L'eau est la mer qui entoure presque les 3 quarts du territoire, et l'énergie est celle du soleil en abondance. Ils ajoutèrent que le coût de ces 2 nouvelles et renouvelables technologies vont aller en baissant et nous pourrons les exploiter au maximum dans l'intérêt d'un développement radieux en faveur de la nation djiboutienne.

 

Je voudrais avant de clôturer remercier le président, le doyen, tous les professeurs, notamment le professeur Shiokura et les deux professeurs Takahashi, leurs assistants ainsi que tous les étudiants et les membres de l'université pour leur assistance qui, j'en suis convaincu, se poursuivra.

 

Je vous remercie.

 

 

Ismaïl Omar Guelleh

Président de la République de Djibouti