Séminaire de Réflexion sur l'Action Gouvernementale 2002-2009

Sommaire

Document cadre
Ouverture

Discours du Président de la République

  Thème 1

Stabilité macroéconomique, croissance et compétitivité

Discours du ministre des Finances

Discours du ministre du Commerce

Discours du ministre de la Promotion des Investissements

Hommage du ministre de la Promotion des Investissements au Président de la République

Discours du ministre de l'Équipement et des Transports

Discours du ministre de la Communication

Discours du ministre de l'Énergie

Thème 2

Valorisation du capital humain, accès aux services sociaux de base

Discours du ministre de la Santé

Discours du ministre de l'Éducation

Thème 3

Développement rural, urbain et sécurité alimentaire, habitat et environnement

Discours du ministre de l'Agriculture

Discours du ministre de l'Habitat

Discours du ministre de la Jeunesse

Thème 4

Promotion de la Femme et de la Solidarité, exclusion sociale et lutte contre la pauvreté

Discours du ministre de la Promotion de la Femme

Discours du ministre de l'Emploi

Discours du ministre des Biens Waqfs

Discours du secrétaire d'État à la Solidarité

Thème 5

Gouvernance, décentralisation et sécurité interne et externe du territoire

Discours du ministre de l'Intérieur

Discours du ministre de la Défense

Discours du ministre de la Justice

Discours du ministre des Affaires Étrangères

Discours du ministre délégué à la Coopération Internationale

Discours du médiateur de la République

Discours du directeur du C.E.R.D

Clôture

Discours du Premier ministre

Discours du Président de la République

Document Final

Acte du Séminaire

Discours de S.E. ALI HASSAN BAHDON,
Ministre de l'Équipement et des Transports


Monsieur le Président de la République,
Monsieur le Premier Ministre,
Chers Collègues,
Mesdames/ Messieurs,

L'Atelier de Réflexion sur l’Action Gouvernementale - deuxième du genre se déroule aujourd'hui dans un environnement prometteur et plein d'espoir sur le plan national malgré un contexte particulièrement difficile.

Sur le plan international, la conjoncture de crises financières fait suite à une flambée des prix des produits pétroliers intervenue en 2008 caractérisé par des crises d'ampleur variable qui ont des conséquences dévastatrices sur l'économie mondiale. Malgré cela, la République de Djibouti bénéficie d'une confiance extraordinaire auprès de ses partenaires publics et privés.

Cette confiance a permis non seulement de ne pas freiner les investissements, essentiellement dans les infrastructures, qui ont été réalisés conformément aux prévisions mais, au delà des projections les plus optimistes, notre pays attire et continue d'attirer les investissements qui lui permettront de garantir sa croissance réelle.

En effet, le Ministre des Finances a souligné hier, sur cette même tribune que la croissance positive réelle est de plus de six pourcent (6%) en tenant compte d'une inflation essentiellement exogène de plus de neuf pourcent (9%).

Cette performance économique trouve sa raison d'être dans la stabilité politique garante d'un environnement juridique attractif et fiable.

LES CHOIX STRATEGIQUES

Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs,

Durant cette décennie, notre pays a réussi une transformation fondamentale de son économie grâce à une modernisation tout azimut de ses infrastructures. Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Ismaïl Omar Guelleh a non seulement initié ces grands projets d'infrastructures dont certains étaient considérés comme irréalisables pour ne pas dire irréaliste et qui constituent aujourd’hui le socle de notre économie avec une place prépondérante particulière accordée à la chaîne des transports.

UN HUB MULTIMODAL

Faire de Djibouti un hub régional logistique était une ambition qui est en train de devenir une réalité pour tous.

La chaîne des transports doit permettre de rendre la place de Djibouti compétitive, moderne et efficiente. En d'autres termes, la place de « Hub », régional de notre pays passe par la modernisation de toute la chaîne des transports ayant pour objectif de supprimer, sinon de réduire les goulots d'étranglements dans cette chaîne.

L'ensemble des maillons de cette chaîne doit être de sorte que chaque mode de transport vienne compléter cet ensemble. Il va de soit que le transport maritime et les activités portuaires constituent le fondement de ce system que viennent compléter le transport terrestre, ferroviaire et bien sûr aérien.

L'objet de mon intervention aujourd'hui n'est pas de donner une présentation exhaustive de l'ensemble des investissements et réformes que le Gouvernement, et en l'occurrence le Ministère de l’Équipement et des Transports mène pour doter notre pays de tous les atouts qui lui permettront de jouer un rôle prépondérant dans l'économie globalisé d'aujourd'hui.

L’objet de mon intervention est de lancer un débat sur la perception de ces réformes par la Société Civile et les Usagers de l'Administration ou par tout citoyen ou même tout résident qui veut contribuer aux travaux de réflexion qui sont menés et qui font de notre pays un immense chantier; un model d'investissement et de modernisation économique à ciel ouvert,

ACTIVITES MARQUANTES 2008

L'année 2008 qui vient de s'écouler et cette année en cours 2009 sont déjà riches en évènements pour les différents départements du Ministère de l'Équipement et des Transports. Pour ne citer que les plus saillants, il y a lieu de mentionner :

• l'inauguration de la Route de Tadjourah – Obock en avril 2009
• l’inauguration du Port de Doraleh DCT en février2009
• la tenue en janvier 2A09 de la Conférence internationale sur la Piraterie organisée en partenariat avec l'Organisation Maritime Internationale
• la tenue en décembre 2008 de la 7ème Conférence de l’Association Panafricaine des Ports, du 34ème Conseil de l'Association Portuaire de l'Afrique de l'Est et Australe, et de la réunion du groupe IAPH Afrique/Europe;

Parallèlement à ces évènements marquants, le Ministère a entrepris des réformes dans les secteurs clés de notre économie, à savoir :

• la réforme du transport urbain et interurbain et ;
• la réforme des activités liées à la navigation maritime avec la mise en place d'une législation sur les bateaux - écoles ainsi que la réforme du permis de Conduire bateaux.

ACTIVITES PORTUAIRES ET MARITIMES

Monsieur Le Président,
Mesdames et Messieurs,

Mon intervention sur les activités portuaires se limitera à quelques chiffres relatifs au trafic portuaire. Bien entendu des investissements colossaux ont été consentis par le Gouvernement et son partenaire DP. World dans les ressources humaines ou la sécurité.

En premier lieu, nous nous attarderons sur l'évolution du trafic portuaire sur l'année 2008 dans sa globalité avec une hausse qui va de 19% du trafic conteneurisé en passant par 26% pour le trafic global des marchandises avec un maximum de 58% pour le trafic domestique. A titre d'exemple, en 1999 le trafic conteneurisé c’était de 129.456 EVP pour passer en 2008 356.462 EVP.

Quant aux marchandises non - conteneurisés, en 1999 Le trafic était de trois millions huit cent soixante-dix-huit mille (3.878.373) tonnes et passe à neuf millions trois cent soixante-dix-neuf mille (3.979.572) tonnes en 2008.

Pour ce qui concerne le trafic de bétail, si, en 2008 le total par tête et espèce était d'un million trois cent seize mille (1.376.356), il est, à la date d'aujourd'hui, au premier quart de l’an2009, à un million vingt neuf mille 0,,A29,805) têtes soit équivalent de toute l'année 2008.

Enfin le nouveau port Doraleh Container Terminal a réalise, au mois de mars 20A9, cinquante -six (56) mouvements par heure et mieux encore, au mois d'avril 2009, ce chiffre est passé à soixante -dix (70) mouvements pat heure ce qui constitue des chiffres records.

Pour terminer sur les activités portuaires, observons que le Port de Djibouti jouit de la certification ISO 28.000 sur la sûreté portuaire depuis 20066, attribuée par Lloyd's Register et confirmée en 2008 par ce même organisme à travers divers audits.

Enfin, dans le cadre de la lutte contre la piraterie, le Gouvernement de la République de Djibouti a joué un rôle de premier plan en mettant à la disposition de la communauté internationale ses infrastructures, notamment portuaires. Aujourd'hui, plus de dix pays ont choisi Djibouti comme centre d'opération en raison de la sécurité et de la stabilité qui y règne.

TRANSPORT URBAIN / TAXIS ET BUS

Monsieur le Président,
Mesdames/ Messieurs,


Malgré ces chiffres positifs, le Gouvernement œuvre à la mise en place d'une série de réformes qui doivent compléter les atouts de notre pays et le rendre encore plus compétitif d'une part, et de permettre à ceux d'entre nous qui n'ont pas bénéficié des biens-faits de ce développement économique en mettant en place des mécanismes qui tendent à rationaliser notre économie.

La réforme du transport urbain et interurbain adoptée constitue la première phase d'un plan de modernisation du transport public et plus particulièrement les Taxis que nous avons commencé à professionnaliser et la suspension de l'importation de bus et minibus que nous avons proposé au conseil des ministres qui les a adoptés.

Ces réformes sont faites sur la base d'un dialogue que je d ai cessé de mener avec les citoyens qui vivent de ce travail et qui veulent et doivent en vivre dans la sérénité et prospérité qu'ils méritent.

LES ROUTES

Parce qu'elles participent du bien -être de la population et des usagers et à la fluidité du trafic national et international dans les meilleures conditions, les routes ont été I'une des premières priorités du Gouvernement et les réalisations, dans ce domaines, sont nombreuses.

Certaines sont construites et d'autres sont réhabilitées. C'est le cas des rocades urbaines et périurbaines de la ville de Djibouti, mais aussi des villes secondaires. Ainsi la Route de Venise et son prolongement jusqu'à Balbala (8.7km) ; la Route Nelson Mandela (1.S k*) ; les Salines Ouest ; Avenue 26 et le Boulevard de Gaule (2.3 k*).

La Route de l'Unité (Route du Roi Fahad) remise en l'état au début de la décennie a été réhabilité très récemment par les moyens propres de la Direction de 1'Equipement.

Mon Ministère mettra en æuvre tous les moyens nécessaires à I'entretien de nos routes qui restent néanmoins I'affaire de tous.

CHEMIN DE FER

Enfin parmi les activités de mon ministère que je souhaite partager avec vous concernent le chemin de fer qui à propos duquel le débat a été lancé dés hier par les séminaristes. Le Président de la République, son Excellence Monsieur Ismaïl omar Guelleh n'a de cesse que de vouloir redynamiser le train non seulement en raison de l'importance historique que celui-ci a dans notre économie mais, et surtout, en raison du formidable potentiel de développement qu'il représente pour le proche avenir de notre pays et de la Région toute entière.

Je pense qu'à ce stade, iI est important de rappeler que la connexion entre le nouveau port et la ligne existante du chemin de fer est acquise et que nous espérons voir les travaux démarrer bientôt. Pour le moment! il faut se réjouir de la reprise des activités du train qui est perceptible depuis quelques mois.

]e n'oublierai pas les cheminots qui, durant de longues années ont profité des avantages du Chemin de Fer mais qui ont également fait preuve de patience durant les moments difficiles que leur entreprise a connu.

]e ne pourrais conclure mon intervention sans parler du vaste chantier que le Gouvernement a lancé avec la création de Gardes Côtes et d'un Centre de Formation Régional de la Lutte contre la Piraterie que nous sommes en train de mettre en place.

ACTIVITES AEROPORTUAIRES

Pour l'année 20a8, le nombre total de mouvement << avions > a augmenté de 10% pour atteindre 18 829 mouvements contre 17 156 en 2007 et ceci en dépit de Ia baisse du nombre de vols réguliers constatés par plusieurs compagnies.

Dans la navigation aérienne, le remplacement du dispositif d'atterrissage (ILS) inutilisable durant un certain temps, a été remplacé à l'aide d'un financement sur fond propre (194 millions DIF).

De plus , l'achat d'un logiciel de gestion des mouvements a été lancé pour être opérationnel début 2009, Il permet I'autorisation de la gestion des vols, I'affichage des vols à l'aérogare et la facturation de la prestation fournie.

Toutefois, il reste beaucoup à faire avec, notamment, la mise en place de réformes dans le secteur aérien avec l'adoption d'un nouveau code de I'Aviation civile djiboutien qui permettra d'attirer les opérateurs dans ce secteur en plein essor et la réorganisation de l'aviation civile et de la météorologie.

Je vous remercie de votre attention