Séminaire de Réflexion sur l'Action Gouvernementale 2002-2009

Sommaire

Document cadre
Ouverture

Discours du Président de la République

  Thème 1

Stabilité macroéconomique, croissance et compétitivité

Discours du ministre des Finances

Discours du ministre du Commerce

Discours du ministre de la Promotion des Investissements

Hommage du ministre de la Promotion des Investissements au Président de la République

Discours du ministre de l'Équipement et des Transports

Discours du ministre de la Communication

Discours du ministre de l'Énergie

Thème 2

Valorisation du capital humain, accès aux services sociaux de base

Discours du ministre de la Santé

Discours du ministre de l'Éducation

Thème 3

Développement rural, urbain et sécurité alimentaire, habitat et environnement

Discours du ministre de l'Agriculture

Discours du ministre de l'Habitat

Discours du ministre de la Jeunesse

Thème 4

Promotion de la Femme et de la Solidarité, exclusion sociale et lutte contre la pauvreté

Discours du ministre de la Promotion de la Femme

Discours du ministre de l'Emploi

Discours du ministre des Biens Waqfs

Discours du secrétaire d'État à la Solidarité

Thème 5

Gouvernance, décentralisation et sécurité interne et externe du territoire

Discours du ministre de l'Intérieur

Discours du ministre de la Défense

Discours du ministre de la Justice

Discours du ministre des Affaires Étrangères

Discours du ministre délégué à la Coopération Internationale

Discours du médiateur de la République

Discours du directeur du C.E.R.D

Clôture

Discours du Premier ministre

Discours du Président de la République

Document Final

Acte du Séminaire

PRÉSENTATION DU MINISTRE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS, DES LOISIRS ET DU TOURISME

 

La problématique de la jeunesse a dû être révisée au cours de la décennie écoulée. En effet, sous la pression de plusieurs facteurs notamment la crise économique, les mutations sociales etc.…les problèmes des jeunes se sont démultipliés et ont changé de nature. Si hier les besoins des jeunes s’exprimaient en termes récréatifs, ils sont aujourd’hui posés en termes d’emploi, de santé, d’environnement etc.….

Face à cette situation, le Président de la République dans son projet de société présenté au peuple, a fait du développement de la jeunesse une préoccupation nationale.

Sur la base de cet objectif  et des instructions consignées dans la feuille de route gouvernementale, mon département s’est assigné dès 2002 plusieurs objectifs en engageant des réformes institutionnelles et structurelles pour mieux renforcer son intervention auprès des jeunes.

Compte tenu des tendances actuelles du profil démographique, avec plus de 40 % de la population qui a moins de 15 ans et avec environ 65 % de cette même population qui vit à Djibouti ville, le gouvernement a entrepris de gros efforts pour moderniser et actualiser le mode de gestion de toutes les structures d’accueil de la Jeunesse Nationale.

Pour ce faire et afin d’administrer de bons remèdes, il fallait auparavant réaliser un bon diagnostic.

Entamée en 2002, une vaste campagne de réformes institutionnelles et opérationnelles du ministère de la jeunesse et des sports, a abouti cinq ans après, à la dotation au département de son premier document de politique avec à son actif un plan d’action décennal.

Dans cette optique, les anciennes maisons de jeunes, à vocation essentiellement récréatives et de loisirs ont été transformées en Centre de Développement communautaire où l’application du concept trilogique « IEC », information, éducation et communication a permis la formation de nos jeunes dans différents domaines tels que la gestion des projets et a également contribué à leur prise de conscience en matière de lutte contre le VIHSIDA et les autres drogues.

En matière de sport, mon département a également entrepris des réformes pour redynamiser la pratique sportive.

En 2004, ont été organisées les assises du sport national qui ont permis aux principaux protagonistes de discuter, d’échanger et de débattre sans concession  sur le devenir du sport national. A l’issue des ces assises, plusieurs recommandations ont été élaborées et notamment :

 

1)L’élaboration d’une politique nationale de la jeunesse et des sports

Pour avoir une vision holistique des besoins des jeunes, il a fallu changer d’approche et formuler de nouvelles orientations matière de jeunesse. Ainsi, pour cesser d’intervenir au coup par coup, a été élaborée la première politique  nationale de la jeunesse en 2007 suite à la tenue d’un colloque  sur la jeunesse. Cette nouvelle politique fut élaborée avec l’appui de l’UNICEF pour la période 2005-2017, avec à son appui un plan d’action  Ces éléments donnent au ministère un cadre d’orientation et d’action qui lui permettent d’affiner son intervention auprès des jeunes.

Concrètement cette volonté s’est traduite par la mise en place de nombreux programmes dans le domaine de la jeunesse ainsi que différents axes d’intervention en sport.

 

2) La création d’un fond national de développement de la jeunesse des sports et des loisirs

 

 En effet, pour  soutenir la mise œuvre de la nouvelle politique de la jeunesse des sports et des Loisirs, le Président de la république SE Ismaël Omar Guelleh a décidé de créer le fonds national de la jeunesse des sports et des loisirs. C’est une initiative personnelle du Président. Depuis 2007 où il est opérationnel ce fonds ne cesse de contribuer au développement de la jeunesse par le financement de ses programmes.

Quelles actions ont été menées en matière de jeunesse ?

1.La mise en place d’un programme de prévention de la délinquance juvénile avec l’UNICEF.

Le Ministère a mis en place en collaboration dès 2002 un programme de prévention de la délinquance juvénile. Il est reconduit chaque année jusqu’a ce jour et a permis depuis, à des milliers de jeunes de bénéficier des activités éducatives à travers les CDC.

2.La mise en place dès 2003 d’un programme de lutte contre le VIH/SIDA chez les jeunes.

Dès 2003, le Ministère a mis en place avec l’appui la Secrétariat Exécutif un programme de prévention du VIH/SIDA chez les jeunes intitulé PIJ a contribué à la redynamisation  des CDC et à la conscientisation des jeunes en leur en offrant des services de conseil.

3.la transformation des MJC (maison des Jeunes et de la culture) en centre de développement communautaire en 2002.

 

Dans le cadre de la lutte contre l’oisiveté, mon département a procédé dés 2002 à la transformation  des MJC en  Centres de Développement Communautaire pour en faire des cadres de vie et de contribuer par là même au développement social des quartiers.

La nouveauté avait été de créer des comités de gestion qui, composés des hommes et des femmes, jeunes et sages, issus du quartier sont censés cogérer avec les cadres et animateurs du Ministère, ces CDC. En général, cette cogestion fonctionne assez bien et le CDC devient alors un vrai lieu de rencontre et d’échanges sociaux, culturels, sportifs, en un mot un lieu de vie. Je citerai pour exemples les CDC d’Einguella, de Q5 et de PK 12, à noter que les CDC que je viens de nommer sont tous gérés par des femmes !

Pour s’adapter aux nouvelles exigences des jeunes en termes de besoins tant au plan culturel que sportif et d’insertion dans la vie socio-économique, les CDC doivent faire peau neuve.

Dans cette optique, l’une de mes premières actions a été de faire un état des lieux des bâtiments abritant ces CDC car si certains sont presque neufs comme ceux de Q.5, Arhiba ou PK12, d’autres nécessitent de sérieux travaux soit de réhabilitation, soit de reconstruction partielle. Nous sommes en train d’établir la liste des CDC concernés afin de procéder à cette rénovation des structures avec l’aide de l’ADDS.

Au-delà de l’équipement en moyens audio-visuels et de connection à la télévision satellitaire dont les CDC bénéficient dans le cadre du projet Unicef en cours de renouvellement, il est prévu d’équiper tous les CDC d’espaces bibliothèques qui seront dument équipés : il s’agit là d’un projet sur lequel le Président de la République a personnellement et vigoureusement insisté en mettant l’accent sur le fait qu’il devait y avoir des livres dans les langues aussi bien française, anglaise qu’arabe et même les langues nationales puisque nous avons la chance de disposer depuis quelques années de production de livres nationaux. Ce projet de bibliothèque s’accompagnera de l’installation d’un coin médiathèque afin de combler tous les besoins des jeunes en matière audio-visuelle. 

Outre cet aspect purement culturel, le CDC a vocation à se doter d’un guichet-emploi ou d’insertion professionnelle ou les jeunes du quartier pourront obtenir des renseignements, être orientés et conseillés. Nous travaillons actuellement sur les missions des animateurs de ces guichets et comptons associer à nos travaux le Ministère de l’Emploi, l’ANEFIP  et l’ANPI pour proposer aux jeunes concernés un service de qualité, utile orientés vers la satisfaction des besoins réels du marché du travail.

Vous l’avez compris, Mesdames et Messieurs, le CDC doit retrouver sa vocation communautaire afin de combattre au mieux le principal ennemi de la jeunesse de tout pays, j’ai cité l’oisiveté. De nombreux autres projets que je ne pourrais citer exhaustivement tels que la mise en place de la réglementation et de la formation des éducateurs des colonies de vacances, la mise en œuvre effective du projet de scoutisme et la création des clubs des jeunes filles dans les CDC, l’apprentissage de la citoyenneté par l’organisation d’un concours de l’Hymne National en collaboration avec le Ministère de la culture, la préparation du Salon des CDC et j’en passe…

De par leur importance dans la vie du quartier, nous poursuivons notre politique d’extension des implantations de CDC aussi bien dans la capitale que dans les régions avec l’appui financier de l’ADDS et d’autres partenaires au développement. Outre la construction en cours des CDC de Q.3, 4 et Balbala Cheikh Moussa récemment lancée, l’appel d’offre est en cours de finalisation pour les CDC de Q.7 et de Dikhil, prioritaire au premier chef car ne possède pas de CDC. Sont aussi programmés ceux des autres chefs lieux des régions, qui doivent être complètement reconstruits.

Sous l’impulsion de son Excellence Mr le Président de la République, les localités dans les régions vont être équipés de mini-CDC tel qu’à Daas Biyo, Holl-Holl, Yoboki, As-EYla, Sagallou, Randa, Dorra et kor Angor, la région d’Arta, dernière née des régions ayant la particularité de posséder déjà 2 CDC, un à Arta même et l’autre à Weah.

4). La mise en place du CNJD

Cette institution créée en 2007 a pour vocation d’agglomérer l’ensemble des associations de jeunes du pays dont les membres sont représentés dans l’ensemble des communes de la capitale ainsi que les régions. Sous la tutelle du Ministère, cette jeune entité jouit d’une autonomie financière et se trouve en phase de renforcement. Son principal handicap est le manque de locaux, le siège provisoire  ayant du  être mis à la disposition de la Chambre des comptes suite à l’incendie malheureux qui a ravagé cette dernière. Néanmoins, des solutions pour remédier sont en cours d’étude dans mon département, la plus probable étant l’octroi d’une partie d’un terrain appartenant au Ministère de la Jeunesse à Gabode, avec la proposition à l’ADDS de contribuer à la construction d’un bâtiment à usage exclusif du CNJD très prochainement. En attendant, les différents bureaux pourront utiliser à leur guise des salles des CDC.

 EN MATIERE DE SPORT 

Le sport est reconnu comme une activité sociale de promotion et d’intégration des jeunes. Sa gestion nécessite des compétences et des exigences à tous points de vue : administratives, techniques, scientifiques.

C’est pourquoi la formation et le développement  des ressources humaines, la multiplication d’infrastructures sportives répondant aux normes exigées constituent la  pierre angulaire de tout programme de développement sportif.

Ainsi, si nos fédérations sont mieux gérées par des hommes et des femmes aguerris aux exigences du sport moderne,  cela nous permettra de mieux préparer nos jeunes athlètes lors de nos participations aux différentes compétitions régionales, continentales et internationales et par conséquent défendre plus dignement nos couleurs nationales et pourquoi pas hisser le drapeau djiboutien au plus haut  niveau. 

· 1er axe : Le renforcement des ressources humaines 

· Le renforcement des capacités avec l’arrivée prochaine des jeunes en formation en Chine, Cuba et Bénin ainsi que de nouveaux experts.

· Assistance technique des Cubains en athlétisme

· Assistance technique des Égyptiens (handball, basket et football

· La valorisation de la formation continue des cadres notamment avec l’assistance technique de la CONFEJES

Le renforcement du partenariat avec les autres institutions étatiques (MENESUP, FAD, ADDS) et les Ambassades amies, PNUD, UNICEF, Francophonie, CONFEJES, CJSOI etc.) qui va nous permettre de bénéficier de formations et de bourses. En effet, dès 2002, nous avons adhéré à la Commission de la jeunesse et des sports de l’Océan Indien. Cet organisme contribue depuis au développement de notre jeunesse par l’appui aux projets et à la formation des cadres. La régularisation en 2008 des arriérés de cotisations a permis la participation de nos jeunes aux différents programmes de la CJSOI. Ainsi, la participation aux derniers jeux de la CJSOI leur a permis de remporter des médailles en athlétisme. En outre, nous allons organiser en Décembre 2009 la réunion ministérielle des pays de la CJSOI sur le sol djiboutien.

Nous avons redynamisé notre partenariat avec la CONFEJES en régularisant cette année nos arriérés de cotisations avec la CONFJES : cette action nous a permis non seulement le Bureau de la Confejes en mars dernier mais également de prétendre à des bourses pour nos athlètes issus de différentes fédérations. 

·        Mon département est également fier de porter à votre connaissance la réussite de Mr Djama  en doctorat de gestion en sport et son retour incessamment sous peu sur le sol djiboutien.

A noter que la poursuite de ses études a été effective grâce à l’intervention du Président de la République, son Excellence Ismail Omar Guelleh qui s’est personnellement impliqué.

· 2ème axe : construction et réhabilitation d’infrastructures sportives 

·        Pose d’une pelouse synthétique de la dernière génération au Stade HGA et au Stade municipal.La réhabilitation du Stade Gouled en 2008 (aux normes internationales) a permis d’abriter des matchs internationaux des pays voisins.  

Sous la conduite d’un Directeur dynamique et passionné, le Stade a été totalement réhabilité, doté d’une salle de conférence aménagée, d’une salle de musculation avec des appareils de dernier cri et qui permet non seulement aux fédérations usagères telles que le judo, tennis de table d’exercer leurs activités dans d’excellentes conditions, mais également à une large public composé de femmes, d’hommes, jeunes et moins jeunes de s’adonner aux joies de l’exercice physique dans un cadre agréable et équipé. Il est également projeté de refaire la clôture du stade qui est dégradée. 

·        Construction d’un centre de haut niveau flambant neuf inauguré en 2005 avec un terrain de football à pelouse naturelle en cours de constitution, des gradins, un gymnase et le nec plus ultra une piste d’athlétisme qu’une société spécialisée est venue établir, aux normes internationales, c'est-à-dire que si demain un record venait à etre pulvérisé à Ali-Sabieh, il serait homologué par les instances internationales dont le CIO. 

Actuellement, se poursuit  la phase deux (2) du centre avec la construction d’un vestiaire pour jeunes filles, de tribunes ainsi que de deux courts de tennis, l’un en surface rapide et l’autre en terre battue

·        Construction de deux complexes sportifs modernes à Dikhil et Tadjourah

·        Réhabilitation du terrain de Football d’Arta

·        Réhabilitation du terrain de Football d’Obock

·        Construction d’un terrain de Football à Tadjourah avec une petite tribune en cours de finition

·        Réhabilitation totale du gymnase du lycée (lumières, peinture et  délimitation du terrain). Le gymnase du lycée abrite trois fédérations.

·        Construction d’un gymnase multi-sports au Day avec  terrain de football, piste d’athlétisme et court de tennis en terre battue

·        Réhabilitation de locaux aux Day pouvant servir aux retraites des athlètes et aux jeunes en colonies de vacances

·        Réfection totale du Gite d’Ali-Sabieh avec construction d’une nouvelle cuisine pour accueillir prochainement la première promotion de l’école sport-étude

3ème axe : renforcement de la participation des sportifs djiboutiens aux évènements régionaux et internationaux en vue d’évaluer leur niveau et de le faire évoluer 

·        Participation pour la première fois en 2008 aux éliminatoires combinées de la Coupe du Monde 2010 et la CAN 2010.

·        Participation aux jeux olympiques de Pékin (grâce à laquelle notre pays a retrouvé la famille olympique).

·        Détection à l’échelle nationale en athlétisme : plus de 5000 jeunes (filles et garçons) issus de toutes les régions et âgés entre 12 et 17 ans y ont participé

A la fin de cette détection intitulée opération espoir, une cinquantaine des jeunes (dont une dizaine des filles) ont été retenus pour constituer l’ossature de l’école sport études

Précisant que ces jeunes athlètes continuent à s’entraîner dans leurs régions et participent aux différentes compétitions organisées sous la responsabilité de la FDA.

·        Appui financier à la participation des jeunes pongistes (FDTT) aux championnats d’Afrique des Cadets et Juniors (circuit comptant pour les qualifications aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de Singapour 2010.et au championnat du monde cadet

·        Appui financier à la participation des boulistes (FDP) aux championnats du monde au Sénégal (13ème sur 206 pays).

·        Appui financier à la participation au tournoi de Beach Volley régional d’Aden (Yémen) qui a regroupé outre le pays organisateur, le Soudan, l’Irak, Djibouti et la Libye.

·        L’organisation de la 13ème édition du semi- marathon international de Djibouti et financé intégralement par mon département et notamment grâce au fonds de la jeunesse et des sports. Les résultats obtenus au niveau du classement ont été honorables.

·        L’organisation de la 2ème édition des échanges sportifs et culturels entre Djibouti et la Diaspora somalienne organisée dans d’excellentes conditions

·        Appui à la participation de la Fédération Djiboutienne de Handball au tournoi le Challenge Trophy au Kenya

·        Participation aux jeux de l’Océan Indien en juillet 2008, au Seychelles (avec 3 médailles)

-          Médaille d’or aux 400 m haie

-          Médaille d’argent aux 400 m plat

-          Médaille de bronze aux 800 m

·        Appui financier et logistique à  la participation aux championnats d’Afrique de l’Est des cadets à Addis Abeba Avril 2009 (avec médaille de bronze au 400 m relais, réalisation du minima international au 3000 m et qualification directe pour le championnat du monde des cadets en Italie (jeune issu de la détection nationale) et futur pensionnaire de l’école sport et étude. 

Toutes ces actions, qu’elles soient de construction ou d’appui aux participations ont pu être réalisées grâce au financement du Fonds de la jeunesse ou sur financement direct de la Présidence, ce qui démontre, si besoin en était encore, de l’attention plus que soutenue que porte notre Président à l’épanouissement de la jeunesse djiboutienne. 

Perspectives

Face à une jeunesse qui croit de façon exponentielle et compte tenu de la multiplication de ses besoins, mon département s’efforcera de maintenir le cap :

1)     Sur le plan de la construction et réhabilitation des infrastructures en procédant à certains travaux tels que :

-          Réhabilitation, traçage et délimitation de tous les terrains de football  dans la capitale et les régions, jusque dans les localités éloignées et si possible partout où il existe une école primaire,

-          Création de piscines flottantes à la Siesta, Doralé,

-          Éclairage de tous les terrains de proximité de football, pétanque  ect

-          Construction d’un complexe sportif à Balbala sur financement saoudien

-           Finalisation du futur centre de formation de tennis à Gabode

-          Aménagement grâce au projet Futuro Goal III (FIFA) 3ème volet/ avec extension du terrain municipal en centre médical sportif avec pour vocation test de dépistage cardio-vasculaire et de rééducation

-          Construction d’un siège commun à l’ensemble des fédérations et du CNOSD avec l’appui financier d’OLYMPAFRICA

-          Recherche de fonds pour une piscine municipale et une piscine olympique

-          Recherche de fonds pour la construction d’un complexe sportif à Obock

 2)     Sur le plan de la formation 

-          Mise en place et activation de l’école sports/études en plus des entraînements et participation aux championnats de la FDA, un stage bloqué d’un mois est prévu au mois de juin au centre du gîte d’étape afin de se familiariser avec la structure et son environnement.

-          Poursuite de la stratégie de détection des jeunes talents en football

-          Développement et promotion du sport de haut niveau par la mise en place d’un Institut National de formation sportive prévu par les textes. Par le biais de cette institution, le Ministère pourra mettre en œuvre les axes de sa politique visant à sortir de l’amateurisme pour s’acheminer vers le semi professionnalisme, voire le professionnalisme

-          La mise en place d’un système d’assurance sportive  (mutuelle ou assurance classique) que nous comptons étudier avec le Ministère de l’Emploi 

3)     Sur le plan du sport de masse

-          Multiplier les actions sportives de masse avec l’organisation de tournois de :

·                   Eté

·                   Ramadan

·                   Inter-quartiers

·                   Inter régions

Ces tournois mobilisent chaque année depuis 2002 plus 3000 jeunes à travers le pays et offrent aux jeunes un moment  de plaisir de détente et d’éducation par le sport. En 2009, le nombre de jeunes qui seront touchés par ces actions sont estimés à 10 000.

-          Développer les sports scolaires, universitaires et militaires en partenariat avec les institutions concernées.

-          Favoriser davantage la participation des équipes nationales qui sont opérationnelles et dynamiques aux compétitions régionales ou internationales (ce qui permet d’élever le niveau de nos athlètes qui ont ainsi l’occasion d’évaluer leur niveau)

-          Promouvoir le sport et genre avec la création au sein de chaque fédération nationale ou ligue régionale d’une commission sport femme

-          Développer la pratique sportive des handicapés

-          Réactiver les activités du sport nautique, notamment la natation et la planche à voile : à noter que cette redynamisation nous permettra de participer aux championnats du monde au mois de juin à Rome (6 personnes entièrement prises en charge). 

-          Appuyer la création de la fédération de tir qui sera dans un premier temps composée d’hommes en uniformes. 

4)     L’appui  matériel aux complexes sportifs et aux fédérations sportives 

Suite au don de matériels sportifs octroyé par la République Populaire de Chine, mon département procédera à la distribution de ces matériels comme suit :

Distribution des gros matériels (appareils de musculation) au profit des complexes sportifs

 Distribution de matériels spécifiques (poteaux, filets, tables de tennis, différentes cages…) au profit du mouvement sportif

Distribution des petits matériels (tenues sportives, ballons, chaussures…) dans le cadre des différents tournois d’été et de ramadan et au profit du mouvement sportif  

TOURISME 

Monsieur le Président,  depuis votre accession à la magistrature suprême, la République de Djibouti s’affirme comme une véritable destination touristique grâce notamment aux efforts inlassables que vous avez déployés pour mettre en place un environnement pacifié, serein et sécurisé.

De la plongée sous-marine au tourisme d’aventure, de la pêche sportive aux sensations fortes du char à voile, de l’exploration géologique à l’observation ornithologique, du trekking à la découverte du monde nomade, notre pays offre une immense variété de plaisirs et de découvertes.

En vue de mieux structurer et de mieux promouvoir l’offre touristique djiboutienne, mon ministère, par le biais de sa cheville ouvrière l’ONTD,   a mis en place une nouvelle stratégie de développement touristique en proposant une vision qui a amené les différents acteurs de l’industrie touristique à travailler de concert afin d’accroître notre formidable potentiel touristique pour le bénéfice de tous les travailleurs de cette industrie, pour le développement de toutes nos régions et pour le plus grand rayonnement de la République de Djibouti.

Notre stratégie de développement touristique a eu pour objectif premier le renforcement l’image de marque de Djibouti grâce l’accroissement de la portée de nos efforts de promotion et un meilleur ciblage des différentes clientèles.

Monsieur le Président, l’évolution de la performance du secteur touristique témoigne des avancées gigantesques réalisées par notre pays sous votre impulsion soutenue. 

En effet, de 2000 à 2008, les arrivées de touristes sont passées de 20 100 à 53 600 soit une croissance extraordinaire de 166,6 %. La répartition géographique des arrivées touristiques s’est largement diversifiée et les taux d’occupation des principaux hôtels restent plus qu’honorables. La création des différents ports et la construction de l’Hotel Palace Kempiski, fleuron de notre tourisme, y est sans nul doute pour beaucoup. La réfection des routes dans l’ensemble du pays et les efforts constants entrepris pour les entretenir contribuent à forger à notre capitale une réputation grandissante.

En outre, l’augmentation du trafic aérien avec cinq compagnies aériennes desservant régulièrement le pays et l’inauguration récente d’une 6ème compagnie est un atout supplémentaire que nous ne manquerons pas d’exploiter comme il se doit.

Des djiboutiens investissent aussi comme le groupe ATTA et son complexe touristique le Lagon Bleu sur Moucha ou encore le groupe Kamaj qui construit un hôtel trois étoiles de 70 chambres au Héron., le groupe SAMEX TOURS , le centre touristique de      à Obock, d’autres à Tadjourah et sa région qui exploitent l’écotourisme . 

Pour accroître la notoriété de notre pays et faire connaître la richesse, la diversité et la qualité de notre offre touristique, des actions de marketing direct sur les principaux marchés européens ont été entreprises par l’ONTD, avec à sa tête un Directeur actif et déterminé à faire connaitre Djibouti de par le monde.

C’est ainsi que nous avons pu participer avec succès à plusieurs grandes manifestations internationales dans les principaux pays émetteurs de touristes.

1)    Organisation de plusieurs séminaires et ateliers de réflexion

Nous sommes convaincus que toute option de développement touristique doit avoir une incidence effective sur l’amélioration de la qualité de vie de la population, et contribuer à l'enrichissement socio-culturel de chacune de nos régions.

A travers une série de séminaires et d'ateliers de réflexion organisés sur l'ensemble du territoire national, l’ONTD s'est efforcé de porter à la connaissance des djiboutiennes et djiboutiens les notions suivantes: 

Ø      Présenter l’importance du tourisme et ses avantages pour le pays et les communautés locales, 

Ø      Définir et expliquer les différences culturelles entre la population locale et les touristes et apprendre aux djiboutiens comment les gérer, 

Ø      Débattre des avantages et inconvénients des projets de développement touristique pour les communautés locales et les approches susceptibles d'entraîner la participation des communautés aux projets, 

Ø      Informer le public de l'importance du tourisme interne et de la façon dont les djiboutiens eux-mêmes peuvent devenir des touristes dans leur propre pays, 

Ø      Faire connaître les emplois et les perspectives de carrière qu'offre le tourisme et les possibilités de création d'entreprises touristiques,

2) La formation des ressources humaines

Point de contact entre l'offre et la demande, mais aussi trait d’union entre le visiteur et le visité, la main-d'œuvre joue un rôle essentiel en tourisme. Les ressources humaines sont une composante qui confère à l’expérience touristique son humanité : c’est à travers les femmes et les hommes qu’emploie l’industrie touristique que se concilient connaissance, compétence et convivialité.

Ainsi, depuis plusieurs années,  a été mis en place un programme de formation aux métiers du tourisme afin que les jeunes djiboutiens soient les principaux bénéficiaires du développement touristique.

La formation  offerte aux jeunes djiboutiens débouchait davantage sur une qualification professionnelle que sur des diplômes.

 A ce jour, plus de cinquante jeunes djiboutiens ont été formés dans les domaines suivants :

Ø      Guides accompagnateurs

Ø      Accueil

Ø      Communication

Ø      Moniteurs de plongée sous-marine

 Nous comptons élargir nos domaines d’intervention en ajoutant les formations suivantes : 

Ø      Anglais pratique

Ø      Rangers (gardiens des sites touristiques majeurs pour éviter tout type de pollution).

 Notre objectif est de faire des djiboutiens, surtout les jeunes garçons et jeunes filles des régions de l’intérieur, les principaux bénéficiaires du développement touristique. A cet effet, lors d’une mission en Ethiopie, des contacts avec mon homologue du tourisme nous a permis de négocier des modules de formation dans l’école hotelière éthiopienne en cours d’agrandissement dont pourraient bénéficier nos étudiants.

3) Poursuivre les acquis avec encore plus de rigueur

L’avenir du tourisme djiboutien est prometteur. La fructueuse stratégie de marketing et de promotion initiée par mon ministère ainsi que les initiatives du gouvernement pour faciliter et encourager les investissements permettront le renforcement de la notoriété de notre pays. Par ailleurs, la mise en place d’un programme de formation aux métiers du tourisme avec la collaboration active du Ministère de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle et celui de l’Education améliorera la compétence des acteurs djiboutiens et garantira la qualité des produits offerts par les opérateurs locaux.

Notre pays qui possède d’énormes potentialités naturelles et qui a inscrit le tourisme dans les programmes nationaux de développement économique deviendra une destination incontournable. Par conséquent, les orientations stratégiques suivantes, déjà mises en chantier par mon ministère devront être poursuivies avec rigueur et ce en gardant en ligne de mire deux principes de base : le développement du savoir-faire et du faire-savoir à travers : 

v     L’amélioration de l'image et renforcement de la notoriété 

v     Commercialisation du produit touristique 

v     Amélioration de la qualité grâce à la formation aux métiers du tourisme 

Pour conclure, permettez-moi de rappeler qu’en Janvier 2008, mon département, grâce au soutien indéfectible du Président de la République, a organisé avec succès dans notre pays le 11ème Symposium International sur le Tourisme Écologique et Culturel.

Ce symposium, placé sous le haut patronage du Président de la République, a permis à notre pays de renforcer sa notoriété internationale en réunissant de nombreux pays et une multitude de journalistes. Pendant toute la durée des travaux de ce symposium, Djibouti a été la capitale mondiale du tourisme écologique et culturel grâce notamment à une large couverture médiatique.

Nous comptons également organiser avant la fin de l’année une conférence régionale visant à promouvoir la destination djiboutienne en combinaison avec les destinations des pays voisins sur le concept de destination unique.

Nous organiserons au cours de cette année des Journée Promotionnelles à Addis Abeba et dans d’autres villes pour attirer les fortes communautés étrangères fortement intéressées par les plaisirs de la mer et la plongée sous-marine. Nous participerons aussi à des manifestations touristiques et de promotion des investissements à Paris, à Bruxelles et Bonn.

Pendant que je vous parle des cadres de mon département son en train de vendre les potentialités touristiques de notre pays à l’Arabian Travel Market de Dubaï. Enfin, Djibouti a été sélectionné parmi de nombreux pays comme pouvant accueillir la prochaine édition 2010 de la « chasse au trésor » et les négociations à cette fin sont en cours.

Notre pays inspire confiance et des investisseurs s’y intéressent de plus en plus. Citons juste pour exemple la volonté affichée par les responsables des grands groupes hôteliers comme Accor et le Club Med ou encore des consorsiums arabes du Qatar et du Koweït.

L’avenir touristique de notre pays, mesdames et messieurs se profile sous les meilleurs auspices, à nous avec les autres départements concernés tels que le Commerce, les transports, la promotion des investissements et la communication ainsi que le secteur privé, à conjuguer nos efforts pour compléter le puzzle du hub régional qu’aspire à être notre pays par la composante touristique.