Remonter

 

 MESSAGE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

POUR LA FETE DU TRAVAIL 

30 avril 2000

 

Selon la tradition, nous célébrerons demain, si DIEU le veut, la journée du 1er Mai : fête de tous les travailleurs.

Cette journée du 1er Mai de l'an 2000 revêt pour tous les travailleurs de notre pays une signification particulière.

En effet, les travailleurs de notre pays peuvent être fiers d'avoir réussi le renouveau du mouvement syndical.

L'ensemble des partenaires sociaux trouve par cette régénérescence du mouvement syndical une des raisons d'espoir pour l'avenir de notre pays et la preuve d'organisations syndicales conscientes de leurs responsabilités, prêtes à lutter pour les droits des travailleurs avec lesquels elles sont en parfaite communion tout en veillant à la pérennité d'un équilibre social, garant de l'indépendance et de la stabilité de notre pays.

Mes chers concitoyens,

Par définition la solidarité est entière et indivisible.

Les Djiboutiens puisent les principes de cette solidarité dans leur géni national et leurs valeurs religieuses.

Cette solidarité qui renforce la cohésion de notre société, favorise le développement de notre économie et garantit la prospérité à tous les habitants de notre pays.

 La vocation du mouvement syndical est de permettre à notre pays de disposer des moyens d'améliorer la situation des travailleurs qui jouent un rôle de premiers plans dans la grandeur de notre Nation.

A notre époque où les difficultés économiques et sociales revêtent à Djibouti comme dans tous les pays, les mêmes formes et occupent parmis les autres difficultés une place importante, le mouvement syndical Djiboutien doit veiller aux côtés de ses partenaires sociaux, au règne de la justice sociale, à améliorer le niveau social et intellectuel des travailleurs en se battant pour élever leur niveau de vie morale et matériel tout en veillant à ne jamais rompre ce que depuis son indépendance, notre pays n'a jamais cessé d'œuvrer la pérennité du dialogue social.

Je vous remercie de votre attention.