Remonter

 

ALLOCUTION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE À L'OCCASION

DE LA FÊTE DE L'AÏD-EL-ADHA

Le 16 mars 2000

LOUANGE À DIEU

Mes chers compatriotes,

Nous célébrons aujourd'hui l'Aïd-El-Adha. Une fête qui symbolise le plus haut degré de sacrifice au service de sien et l'obéissance absolue au Très Haut. Cette fête nous offre en outre, une heureuse occasion pour rendre visite aux nôtres, conforter les démunis, faire preuve de dévotion envers le Tout-Puissant dans l'accomplissement de la prière d'Aïd-El-Adha, en élevant vers Lui de ferventes prières.

Mes chers compatriotes,

Depuis de trop longues années, maintenant la Somalie est en proie à des dures épreuves, marquées par le déchaînement des démons de la haine et de la division, par la détresse de la population vouée à l'angoisse, au déchirement en vie humaine et en destruction.

Face à toute l'horreur des actes de barbaries, des douleurs et des peines indicibles des familles des victimes de la folie criminelle des uns, des calculs égoïstes des autres qui ont engendré l'effondrement de l'tat somalien et l'éclatement de la Nation Somalienne.

À ces familles traumatisées, ravagées dans leur honneur et dans leur affection, j'aimerais leur dire qu'aujourd'hui l'espoir leur est permis et que la Somalie est au bord de la paix.

En effet, en répondant largement à notre appel pour l'organisation d'une rencontre à Djibouti du peuple Somalien, celui-ci condamne sans équivoque les voies de la violence, se ressaisit pour conjurer le péril de l'anéantissement définitif de la Nation Somalienne, exprime sa volonté de préserver l'intégrité de son territoire et de son unité, affirme le refus d'abdiquer la souveraineté nationale en même temps qu'il consolide son processus démocratique.

Face à ceux qui contestent à la Nation Somalienne le devoir d'assumer son devoir, qui veulent briser cet élan dans le réveil de sa conscience nationale pour éliminer la violence dans les actes et dans les esprits et rétablir la concorde civile, je souhaiterais leur dire que tous les patriotes Somaliens sont convaincus que la Somalie appartient à tous ses enfants, qu'elle a besoin de chacun d'eux et qu'elle a une place pour chacun d'eux.

Il est possible pour autant que le peuple Somalien réalise, que ce n'est qu'en s'assumant dans toutes ses diversités que la Somalie pourra s'ouvrir les chemins d'un avenir de paix.

Cet élan est paisible pour autant que le peuple Somalien sache assumer avec responsabilité et sérénité les séquelles du déchirement national, dans la compassion et dans la justice, dans la compréhension dans la clémence et dans la générosité.

Le peuple Somalien en exprimant ses valeurs profondes de la tolérance et de générosité et sa volonté d'affirmer son unité pérenne, je dis que le peuple frère Djiboutien est comme hier pleinement disposé à lui permettre d'aspirer à reprendre sa place au sein de la communauté des Nations.

En organisant la conférence de concorde civile, le peuple Djiboutien exprime sa fraternité et son désir de voir le peuple Somalien s'ouvrir les chemins où pourront s'exprimer les voix de sa sagesse et il a pleinement conscience de répondre au vu profond à la paix, à la stabilité et à la sécurité.

Par cet élan pour la reconstruction de la Somalie s'exprime le sentiment de toutes les somaliennes et de tous les Somaliens qui ont à court de se dissocier clairement de la barbarie criminelle de certains et qui a souillé toutes les valeurs sacrées et humaines du peuple somalien.

Par cet afflux massif de participer à cette réunion, les Somaliens expriment leur solidarité avec les veuves, avec les orphelins et les autres victimes Somaliennes, expriment avec le courage de la conviction le désir de sauver leur patrie d'un chaos irrémédiable.

Le patriotisme est une valeur concrète qui s'exprime dans la quotidienneté, en tous lieux, en tout temps et dans tous les domaines.

Il ne suffit pas, pour peu qu'on s'autorise à monopoliser cette valeur, pour peu que l'on admette de laisser quiconque en aura mérité un jour, de faire du patriotisme une rente viagère, pour que l'on s'érige en conscience de la , en tuteur du peuple Somalien ou en vigile zélé du passé, du présent et de l'avenir de la Somalie.

Je vous remercie.