Remonter

 

 ALLOCUTION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

A L'OCCASION DE LA FÊTE DE L'AÏD-EL-FITR

 

Le 07 janvier 2000

 

 Louange à Dieu, " Le salut et la paix sur son prophète " .

 · Monsieur le Premier Ministre,

· Monsieur le Président de l'Assemblée Nationale,

· Madame et Messieurs les membres du Gouvernement ,

· Messieurs les Membres de l'Assemblée Nationale,

· Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, consuls et consuls honoraires,

· Mesdames et Messieurs les Représentants des Organismes Internationaux,

 · Mesdames et Messieurs les Représentants des Corps Constitués Civils, Militaires et Religieux,

· Mesdames et Messieurs,

· Chers compatriotes,

Notre dernière rencontre avait coïncidé avec la célébration de notre fête nationale et le Mouloud.

Aujourd'hui, deux fêtes à savoir la fin du mois béni du Ramadan et le début d'une nouvelle année se réunissent en un seul jour pour être célébrés.

Deux joies sont exprimées aujourd'hui comme prémices de bon augure pour ce millénaire qui débute.

Remercions DIEU de nous avoir permis de fêter dans la paix et la santé ces deux événements.

Presque huit mois se sont écoulés depuis que vous m'avez recommandé notre pays.

Cette période bien que trop courte pour faire l'objet d'un jugement, je pense sans trop me tromper que nous sommes restés fidèles à nos engagements.

 - Investir dans l'éducation de nos enfants,

- améliorer les conditions sanitaires de notre population d'une part,

 - Mener à son terme le Programme de reforme de nos structures et d'assainissement des finances publics d'autres part,

- Créer les conditions propices pour encourager les investissements nationaux et étrangers,

- Engager un programme de développement de l'habitat social,

 - Contribuer à la paix régionale en offrant des propositions concrètes à la restauration de l'État Somalien,

- Plaider à l'intégration régionale économique dans le cadre des ensembles régionaux.

D'autres parts, les Projets d'investissement en cours dans des domaines variés tant publics que privés sont nombreux. Je n'ai pas besoin de les énumérer ici.

Mes chers compatriotes,

Nous avons toutes les raisons d'être optimistes quant aux résultats de cette période.

Nous devons poursuivre nos efforts pour l'amélioration de nos conditions de vie dans la société, et ceci avec détermination.

La confiance que vous m'accordée guide nos pas dans l'action que nous entreprenons pour faire face aux défis de notre développement national et aplanir les obstacles qui se dressent sur le chemin de notre avenir et de notre bonheur.

Si rien n'est plus sacré, dans la vie d'un peuple, que sa capacité à disposer de lui-même, ce qui constitue l'essence même de sa liberté, à la veille de cette nouvelle année, nous espérons revoir une Somalie libre et indépendante, où règne la tolérance, la concorde et où ses habitants se sentent en sécurité pour leurs personnes, leurs biens et leur liberté.

Aussi, à la veille de cette nouvelle année, les nuages se dissipent, les espoirs se raffermissent et la Nation Somalienne accueille ce grand espoir avec une ferveur que traduisent à la fois les manifestations populaires, les nombreux télégrammes reçus et la satisfaction du reste des Nations face à cet élan de ce processus de paix que nous désirons tous se dérouler dans la dignité et la responsabilité.

Nous prions le Tout-Puissant, d'affermir les pas de nos frères Somaliens, et de les récompenser par le bonheur retrouvé de leur Nation.

Mesdames et Messieurs,

Permettez-moi de souhaiter au président de la République du Soudan, OMAR HASSAN AL-BACHIR, de réussir, cette année, le désenclavement politique de son pays, de sortir le Soudan de cette mise au banc de la Communauté Internationale due par une politique qui n'est pas la sienne ; le féliciter encore une fois pour l'accord de paix signé à Djibouti et lui manifester notre totale solidarité pour son engagement d'unir à nouveau son peuple.

Cette nouvelle année, nous espérons qu'elle sera une année de paix, une année où les grands conflits qui déchirent notre continent (ETHIOPIE ; Érythrée ; REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ; REPUBLIQUE DU CONGO) pourront trouver des solutions.

Cette nouvelle année, nous espérons qu'elle se caractérise par la recherche réelle d'un développement harmonieux et durable et l'exigence d'une solidarité et d'une justice sociale effective avec le retour d'une paix juste au Proche-Orient et le recul des grands fléaux qui ravagent l'humanité (comme le SIDA ou le paludisme).

Je vous remercie.