Remonter

 

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Mr. ISMAEL OMAR GUELLEH

A L'OCCASION DE LA FETE DE «L'AID AL-ADHA»

 

Le 22 février 2002

 

Au nom de Dieu le Bienfaiteur, le Miséricordieux

Louange à Dieu et Paix et Prière soit sur son Prophète

 

Monsieur le Premier Ministre,

Monsieur le Président de l'Assemblée Nationale,

Messieurs les Membres du Gouvernement,

Messieurs les Députés,

Messieurs les Ambassadeurs,

Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations Internationales,

Messieurs les membres des Corps Constitués Civiles et Militaires,

 

Chers Frères et Soeurs,

 

    L'occasion qui nous réunit aujourd'hui, c'est une occasion grandiose où des millions de nos frères et soeurs qui font le pèlerinage se rassemblent à la Mecque et aux lieux saint de l'islam pour accomplir les rituels de ce culte qui constitue le 5ème pilier de l'islam. Que leurs efforts et implorations soient exaucés par la grâce Divine et que leurs péchés soient expiés et qu'ils retournent au pays en bonne et parfaite santé.

C'est aussi une occasion qui se répète une fois chaque année de l'hégire. Et ce depuis le début du message d'Ibrahim dans ces endroits sacrés, là où il y a eu aussi les prémices du message Mohammedien.

 

    C'est une occasion qui nous rappelle les principes nobles dont toutes les sociétés ont besoin de revivre qu'ils soient développés ou en voie de développement.

 

Chers frères et soeurs.

 

    Parmi les significations nobles qu'inspire cette occasion, le sacrifice consenti pour les valeurs, pour le message et pour la patrie. Dans ce sens le prophète Ibrahim fût un symbole  du sacrifice et de l'accomplissement du devoir ainsi que la reconnaissance de la grâce divine.

 

    Dieu nous a comblé de ses biens et nous voilà depuis quelques jours nous avons fini les journées de réflexions et de dialogue pour mener à bien notre mission et atteindre les objectifs escomptés.

 

    La finalité consiste à accomplir le devoir en tant que devoir, et la Nation qui s'évertue à s'acquitter de son devoir et progresse vers l'idéal, c'est une Nation ou chaque individu trouvera son droit et sa place dans la société.

 

   Le but recherché du séminaire c'est que nous voudrions enraciner une certaine tradition qui fait du fonctionnaire, quelque soit son grade, un serviteur de la chose publique, un serviteur du peuple et de la patrie et non le contraire.

 

 Chers frères et soeurs,

 

    Partant de cette définition de la responsabilité je tiens à remercier tous les djiboutiens et les djiboutiennes qui ont montré un degré de maturité politique et une prise de conscience sociale en s'impliquant davantage dans ce dialogue social qui restera un signe marquant pour notre pays.

 

    Ce  genre  de  manifestation  et  débats  se  tiendra périodiquement dans l'avenir, avec l'aide de Dieu.

 

    Et afin d'élargir la portée de ce dialogue pour toucher toutes les composantes de notre chère patrie, des visites seront effectuées prochainement dans les districts de l'intérieur afin d'écouter les aspirations du peuple qui nous a donné sa confiance et pour échanger les idées et les points de vues, comme à l'accoutumée, avec la base. Cette tradition je l'ai toujours entretenue depuis que j'ai pris la charge de conduire notre pays à des lendemains plus meilleurs.

 

Chers invités

 

    Dans cette ambiance de joie et de gaieté que nous vivons, nous ne devons pas oublier ce que traverse le peuple palestinien frère dans les territoires occupés.

 

    En dépit de l'hégémonie israélienne et sa machine de guerre, les dirigeants juifs doivent reconnaître la légitimité de l'autorité palestinienne dirigée par le président élu notre frère Yasser Arafat.

 

    Il y a une seule issue à ce drame c'est de trouver une paix juste et durable et reconnaître les droits inaliénables du peuple palestinien. La communauté internationale doit condamner le terrorisme d'Etat mené par Israël contre le peuple palestinien.

 

    Nous avons de notre côté, condamné, toutes formes de terrorisme et nous sommes disposés à collaborer avec la communauté internationale pour lutter contre ce fléau.

 

    Le terrorisme est prohibé par nos valeurs et nos principes et condamnés par toutes les religions monothéistes.

 

    L'Islam appelle à la tolérance et à la solidarité entre tous les êtres humains sans distinction de race ou de religion.

 

    L'Islam nous exhorte à se reconnaître et à consolider les liens entre les fils d'Adam.

 

    Dans le Saint Coran l'accent est toujours mis sur l'aspect humaniste de l'appel de Dieu.

 

    «O les hommes» qui sous-tend tous les êtres humains». Donc il n'y a aucune corrélation entre l'Islam et le terrorisme.

 

    Il ne faut pas faire d'amalgame entre la sagesse, la tolérance et l'amour, ses vertus que prêchent l'Islam et la bêtise humaine. Quelques milliards de musulman ne se reconnaissent jamais dans ses actes odieux et blâmable.

 

    Je dois souligner que notre soutien à la lutte contre le terrorisme se limite à l'action coordonnée entre les membres de la communauté internationale.

 

    C'est pourquoi, il est illogique d'exploiter ces circonstances actuelles pour attaquer un autre état arabe ou musulman arguant que cela fait partie de la lutte contre le terrorisme.

 

    Pour conclure, je vous renouvelle mes meilleurs voeux à l'occasion de cette fête bénie. Et bonne fête pour notre peuple et pour tous les peuples musulmans.

 

Et merci de votre attention.