Remonter

 

 DISCOURS DE SON EXCELLENCE, LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

A L'OCCASION DE LA CLÔTURE DES ETATS GENERAUX DE L'EDUCATION NATIONALE

 

Le 07 décembre 1999

Monsieur le Ministre,

Monsieur le Président de l'Assemblée Nationale,

Messieurs les Ministres,

Honorables participants,

Mesdames et Messieurs,

Chers compatriotes,

Mes premiers mots, vous le comprendrez bien, seront pour remercier, au nom de tous les Djiboutiens, les 179 participants qui ont oeuvré avec enthousiasme durant ces cinq jours et ont réussi à faire de nos premiers États Généraux un espace de sérénité et de solidarité permettant à notre communauté de dialoguer et de débattre sur l'avenir de notre système éducatif.

Comme Monsieur ABDI IBRAHIM ABSIEH, Ministre de l'Éducation Nationale, l'a rappelé, je tenais personnellement à l'organisation de ces assises.

En effet, à la veille de l'an 2000, il appartient à notre société de marquer un temps d'arrêt afin de réfléchir ensemble à l'avenir que nous souhaitons offrir à nos jeunes générations.

Mesdames et Messieurs.

Depuis le début de la préparation des États Généraux, chaque partenaire de notre système éducatif connaît mieux que jamais les contraintes et les possibilités d'amélioration en matière de gestion et d'allocation de ressources.

Aussi, il nous appartient désormais à tous de répondre collectivement au paradoxe de notre système éducatif qui voulait qu'avec un maximum de dotation de ressources humaines et financières, dans un contexte de rareté des moyens, nous continuions à produire l'échec.

Par ailleurs, si nous voulons désormais parier sur notre potentiel et notre jeunesse, sur les résultats de vos travaux, je suis profondément convaincu qu'il nous faut adapter les structures de fonctionnement de notre société à l'exigeante compétitivité qui nous attend au cours du prochain siècle.

Ce n'est pas un choix qui s'offre à nous, mais une nécessité qui nous incombe.

Je vous remercie.