DISCOURS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE 

A L'OCCASION DE L'INAUGURATION DU CAMP ALI OUNE

 

 

17/02/2005

 

 

Mesdames et Messieurs,

 

Je tiens aujourd'hui à rendre hommage à l'œuvre accomplie par notre armée, qui veille en permanence à la sécurité de nos concitoyens, dans la discrétion, la discipline et l'efficacité. Je profite de l'occasion qui m'est offerte pour dire quelques mots à nos valeureux militaires.

 

Le camp que nous avons inauguré, participe à la ferme volonté d'améliorer le cadre de travail de l'armée. 

Dans ce sens, il y a eu certaines restructurations qui ont permis une meilleure visibilité de la condition militaire, plus d'opportunités de carrière dans les différents corps, y compris pour les femmes, un renouvellement des équipements, une actualisation des techniques et des méthodes, plus d'espaces destinés à l'entraînement, et enfin plus de formations, car une armée professionnelle moderne se doit d'être à la hauteur de ses ambitions.

 

Les obstacles, traditionnellement érigés entre les Forces Armées et la société civile, n'existent plus. Et c'est grâce à vous, du simple soldat au plus haut rang de la hiérarchie militaire, que se sont constituées, ce que je nommerai les passerelles blanches, car vous avez su apporter le soutien nécessaire à la population civile et œuvrer pour la paix, démystifiant ainsi le rôle exclusivement militaire de l'armée.

 

En effet, doit-on rappeler l'extrême dévouement avec lequel nos militaires ont effectué, ces dernières années, les opérations de secours aux victimes des catastrophes et aux sinistrés ?

 

Nous pouvons aujourd'hui être fier d'avoir une armée moderne, au service de son pays et du développement, immédiatement disponible et opérationnelle.

 

Je tiens également à ce que vous preniez conscience du rôle majeur que vous jouez dans la lutte globale contre le terrorisme, puisque vous y contribuez très largement en coopérant avec les forces armées de plusieurs puissances étrangères stationnées à Djibouti.

 

Jamais les djiboutiens n'ont eu une aussi haute opinion de leur armée, et c'est emprunt d'estime et de reconnaissance que vous expriment, en leur nom et au nom de la Nation toute entière nos plus vives félicitations.

 

 

Je vous remercie.

 

 

ISMAEL OMAR GUELLEH