ALLOCUTION DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

A L'OCCASION DU NOUVEL AN 2005

 

 

 01/01/2005

 

 

 

Notre pays célébrera demain, dans la simplicité, mais avec une légitime fierté la venue de la nouvelle année 2005.

C'est, pour chacun de nous, un instant crucial de méditation, de bilan et de profonde rétrospection.

 

C'est aussi le lieu de nous souvenir de tous ceux qui nous ont quitté au cours de cette année qui s'achève et le moment d'implorer la clémence de DIEU TOUT PUISSANT afin qu'il les accueille près de lui.

Nos pensées vont vers les victimes de la plus grande catastrophe naturelle de l'histoire qui vient de frapper une partie de l'Asie du Sud jusqu'à nos portes en Somalie.

A nos frères et sœurs qui souffrent dans leurs chairs, prions pour qu'ils recouvrent la santé et la joie de vivre dans leurs familles et au sein de la communauté nationale.

 

Mes chers compatriotes,

 

Malgré la tourmente des temps difficiles actuels qui n'épargne aucune région du monde, notre pays continu de jouir, par la grâce de DIEU, du privilège d'être un havre de paix, où nos populations s'adonnent avec courage, et ténacité à leur activités quotidiennes, pour transformer leur environnement et leur cadre de vie, et créer les bases matériels de la prospérité et de la modernité.

Demeurant aussi inaccessible au désespoir et à la résignation que pourrait susciter l'ampleur des tâches à accomplir et des sacrifices à consentir pour sortir de la pauvreté et du sous-développement, notre peuple poursuit sa marche en avant, confiant en ses valeurs, fermement résolu à assumer la plénitude de son destin.

 

Loin des affres des guerres, de la ruine et de la désolation qu'engendre l'intolérance, l'extrémisme et la folie meurtrière des hommes, notre patrie continuera de vivre dans la quiétude.

Aussi, devons-nous individuellement et collectivement être reconnaissant à notre créateur, d'avoir voulu qu'il en soit ainsi, sans jamais oublier pour autant que c'est à nous-même qu'il appartient de veiller à maintenir le cap des performances ces dernières années de notre pays, illustrées par les réalisations tangible dans les divers secteur de la vie nationale. La réussite des réformes politiques et économiques engagées en cours de ces 6 (six) dernières années n'existerait pas sans le courage et le haut esprit de sacrifice du peuple Djiboutien, à qui revient le mérite principal dans tout ce que nous entreprenons de bien et de durable dans notre lutte pour le développement national.

 

A vous tous, mes chers compatriotes je vous exhorte, pour l'année 2005, à ne pas baisser la garde et à continuer l'œuvre de redressement national, afin que la postérité ait des raisons d'être fière du travail accompli aujourd'hui. Car, nul n'ignore que seul le travail libérateur, gage de prospérité et de bonheur pour le citoyen et la famille, pour le pays et pour la nation toute entière.

 

Mes chers compatriotes et aux communautés hôtes de notre pays, je forme le souhait d'une bonne et heureuse année 2005.

 

 

 

ISMAEL OMAR GUELLEH