ALLOCUTION DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

A L'OCCASION DE L'INVESTITURE

 

 

Le 08 mai 2005

 

 

 

Monsieur le Président de la République,

Messieurs les Chefs d'État et Chefs de Gouvernement, 

Monsieur le Premier Ministre,

Messieurs les Membres du Gouvernement,

Monsieur le Président de l'Assemblée Nationale,

Messieurs les Membres de l'Assemblée Nationale,

Monsieur le Président du Conseil Constitutionnel,

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, Consuls et Consuls Honoraires,

Messieurs les Représentants des Corps constitués Religieux, civils et Militaires,

Messieurs les Représentants des Organisations Internationales,

Honorables invités,

Mesdames et Messieurs,

 

Mes premiers mots seront pour vous souhaiter la plus chaleureuse bienvenue à Djibouti, au nom du peuple Djiboutien ainsi qu'en mon nom propre.

Votre présence dans notre Capitale, à l'occasion de cette cérémonie d'investiture, est un geste qui nous comble de joie. J'y vois la manifestation d'une amitié et d'une fraternité qui nous va droit au cœur.

Laissez-moi vous en remercier bien vivement.

 

Excellences,

Mesdames, Messieurs,

Mes chers concitoyens,

 

En ce jour chargé d'histoire pour notre pays, c'est avec beaucoup d'émotion que je mesure la grandeur de la tâche et l'insigne honneur que le peuple Djiboutien m'accorde en me désignant solennellement comme Président de la République de Djibouti.

 

Mes chers compatriotes,

 

Aujourd'hui où Dieu nous entoure de sa grâce généreuse en unissant nos cœurs et en nous rassemblant autour de l'amour de notre patrie, par le serment que je prête devant le Tout Puissant et devant mon peuple, je réponds à la confiance dont mon peuple m'a investi et je jure de m'engager, jusqu'au dernier souffle de la vie que me prête Dieu, pour la sauvegarde et pour le service des fondements de notre Nation.

Par le serment que je prête d'être et de demeurer le Gardien de notre Constitution, notre Loi Fondamentale me recommande de veiller sur notre patrie, terre de nos ancêtres et dépôts de la mémoire de nos martyrs qui ont effacé par leur sacrifice, l'injustice au profit de la justice, et la nuit de la négation de nos droits humains par l'aurore de la liberté.

 

Je n'aurais osé, et Dieu m'en est témoin, solliciter de mon peuple l'exercice de cette lourde responsabilité au regard de la charge inhérente, si celui-ci m'avait estimé incapable de l'assumer.

Mais aujourd'hui, après que la Nation se soit exprimée, dans une unanimité dont l'Histoire est avare d'exemple, et où elle m'investit dans cette mission, je me présente à vous, mes chers concitoyens, en priant le Seigneur de ne jamais m'écarter du chemin droit de la voie des Croyants, de permettre que la foi demeure mon unique parure devant le monde et la lumière qui m'éclaire quand je me sentirai ancrer dans la nuit du doute, afin de perpétuer cette valeur de mon peuple d'avoir choisi l'endurance d'une vie digne et noble à l'aisance d'une vie de soumission, de défendre son Unité historique et territoriale, de jamais tolérer qu'il soit porté atteinte d'un pouce à sa liberté et à son intégrité, de prendre garde d'accepter aucun compromis quant à sa sécurité et qu'enfin quand l'ennemi le menacerait de marcher à l'avant-garde de ses combattants.

 

Devant mon peuple rassemblé, devant les Nations sœurs unanimement représentées, drapé de la confiance de ma Nation, je prête serment de sauvegarder les fondements de notre patrimoine traditionnel, champ des idéaux et des espérances puisés aux sources de l'humanité la plus pure, front de toute alliance de la solidarité fraternelle.

 

Je prête serment de m'engager à convaincre nos pays voisins d'abord et la communauté internationale ensuite de faire sienne telle une loi l'essence de notre Nation qui est un plébiscite quotidien de la paix et une affirmation perpétuelle de la vie, d'inspirer et de mettre en œuvre les reformes les mieux adaptées pour le développement de mon pays et pour la défense de sa liberté, de son égalité, de sa paix, fondement de sa devise et force de l'âme Djiboutienne mue par l'espoir d'ouvrir toujours plus grandes aux hommes comme aux peuples, toutes les portes de la vie.

 

Je prête serment d'inspirer et de mettre en œuvre les réformes les mieux adaptées pour le développement de mon pays.

 

Je prête serment pour la défense de la liberté de ma patrie, de son égalité, de sa paix, fondement de sa devise et force de l'âme Djiboutienne, mue par l'espoir d'ouvrir toujours plus grandes, aux hommes comme aux peuples, toutes les portes de la vie.

 

Honorables assistances,

Chers compatriotes,

 

 

 

Je vous remercie.

 

 

ISMAEL OMAR GUELLEH